Les pandas géants

"Trésor national chinois", le panda géant représente un symbole fort d'amitié entre la Chine et les pays qui l'accueillent. Compte tenu de sa rareté et de ses spécificités biologiques, il est devenu un emblème dans de nombreux domaines.

Le panda géant symbolise la protection de l'environnement. Mieux que n'importe quelle espèce, sa présence en parc zoologique permet de sensibiliser le public à la nécessité d'un engagement pour la Conservation ; il est l'espèce "porte-drapeau" par excellence. Sa coloration noire et blanche évoque la tolérance, le respect des extrêmes, les échanges entre les peuples.

Le panda géant vit dans les régions montagneuses de Chine, entre 1 500 et 3 400 mètres d'altitude. Bien qu'il soit classé parmi les Carnivores, il mange presque exclusivement des pousses de bambou. Son système digestif reste cependant celui d'un carnivore ; il possède donc une faible capacité à digérer la cellulose de cette plante, par ailleurs très pauvre en énergie. Pour pallier ce faible apport énergétique, le panda géant ingère de grandes quantités de bambou, jusqu'à 20 kg quotidiens, et consacre près de 14 heures de sa journée à s'alimenter. Ainsi, il s'économise en dormant 10 à 20 heures sur 24 !

La reproduction du panda géant n'est pas chose aisée. En effet, une femelle est fécondable moins de 3 jours par an ! La mère peut donner naissance à 1 ou 2 bébés après 4 à 5 mois de gestation. À sa naissance, le petit pèse à peine 110 grammes ; sa peau est rose et sans pelage et il n'ouvre les yeux qu'après 45 jours. Vers 1 an environ, il est totalement sevré et peut évoluer seul vers l'âge 18 mois.

Menacé par un taux de natalité très bas et par la destruction de son habitat lié à l'urbanisation et aux cultures intensives en Chine, le panda ne compterait plus que 1600 individus à l'état sauvage et quelques 300 en parcs zoologiques. Depuis 1998, plus de 40 aires protégées ont été définies au sein même des zones d'habitat du panda géant.

Pour protéger davantage l’espèce, les bases chinoises de Wolong et de Chengdu ont été respectivement créées en 1980 et 1987. Ces bases s'investissent dans la recherche scientifique, la reproduction, la conservation in-situ et ex-situ, mais également la sensibilisation du public, en ouvrant leurs portes aux visiteurs.

L'accueil à Beauval, depuis 2012, d'un couple de pandas potentiellement reproducteur entre dans le cadre d'un programme de recherche et de conservation, mené en coopération avec la base de Chengdu, en Chine, et l'association Beauval Nature.

Le saviez-vous ?

Le panda est doté d’un sixième doigt opposable aux cinq autres, au niveau des pattes antérieures. Il s’agit d'un os modifié du poignet (os sésamoïde) qui lui sert à saisir les branches de bambou, les décortiquer et les porter à sa bouche.