Les tigres blancs

Le ZooParc de Beauval a accueilli les premiers tigres blancs de France en 1991. Rarissime, l’animal revêt une robe blanche rayée de noir, due à une mutation naturelle engendrant une déficience en mélanine.

Le tigre blanc présente une particularité génétique appelée leucistisme, déficience en mélanine (pigment naturel) à l’origine de la coloration de son pelage. Pour autant, elle ne peut être qualifiée d’"albinos".

Ne permettant pas à l’animal de se camoufler dans la végétation de la forêt tropicale, cette anomalie réduit considérablement son espérance de vie dans la nature. En effet, la robe orangée des autres tigres constitue un camouflage qui leur permet de se dissimuler dans les hautes herbes quand ils chassent et de se préserver des prédateurs durant leurs premiers mois de vie. A contrario, les tigres blancs sont rarement observés en milieu naturel car leur robe claire est facilement repérable par d’éventuels prédateurs, ainsi que par les proies, qui s’enfuient à leur vue, diminuant leur capacité à se nourrir.

Malgré tout, le tigre fait partie des espèces les plus menacés de la planète. En cause : le braconnage et la destruction de leur habitat. Sur les neuf sous-espèces de tigres identifiées, trois sont d’ores et déjà éteintes.

Depuis l’installation de l’espèce à Beauval, de nombreux tigres blancs sont nés de l’union du célèbre couple Gorby et Raïssa tout d’abord, puis de celle de Sherkan et Chili ensuite. Une fois l’âge adulte atteint, ces petits quittent les lieux pour se reproduire à leur tour dans d’autres parcs zoologiques.

Le saviez-vous ?

Le cri du tigre s'appelle le feulement. Ses vocalisations varient selon leur utilisation : indication de présence, appel d'une femelle, cri d'attaque…