Diable de Tasmanie - Animaux du ZooParc de Beauval

Diable de Tasmanie

Sarcophilus harrisii
EN

Espèce
En danger
En savoir plus

Diable de Tasmanie - Animaux du ZooParc de Beauval

« Tout ce qui passe à portée de leurs puissantes mâchoires fera office de repas. »

Un marsupial sulfureux

Pas si féroce qu’il n’en a l’air !

Le diable de Tasmanie, animal endémique de l’île de Tasmanie au sud de l’Océanie, est aujourd’hui le plus grand marsupial carnivore d’Australie, bien qu’il ne dépasse pas la taille d’un chien. En dépit de son apparence, de son alimentation et de son nom, le diable de Tasmanie est en réalité timide, méfiant et ne s’attaque à l’Homme que s’il se sent menacé. Une réputation houleuse à demi méritée donc, qui n’a pas empêché l’espèce de devenir l’un des symboles de l’Australie, et d’être représentée sur des pièces de monnaie ou en mascotte d’équipes sportives.

Diable de Tasmanie - Animaux du ZooParc de Beauval

Le saviez-vous ?

Retour sur l’arrivée des diables de Tasmanie

Revivez l’arrivée de Cape et Cluan au ZooParc de Beauval, grâce à la caméra d’un Œil en Coulisse. Aux côtés de leurs soigneurs, suivez les tout premiers jours des diables de Tasmanie, à la découverte de leur espace.

L’association Beauval Nature

Depuis 10 ans, l’association Beauval Nature est aux côtés des acteurs de terrain pour les accompagner dans leur mission primordiale de conservation des espèces. Beauval s’engage auprès de nombreux programmes de conservation et de recherche à travers le monde pour étudier et protéger les espèces menacées. Une action quotidienne pour la sauvegarde de notre biodiversité.

Diable de Tasmanie - Animaux du ZooParc de Beauval

Cape et Cluan, de vrais petits diables

Cape et Cluan, sont les premiers diables de Tasmanie à avoir été accueillis en France. 

Ces deux frères ont rejoint le ZooParc alors qu’ils n’étaient âgés que de deux ans. 

Pour les différencier, rien de plus simple ! Il suffit de jeter un œil à leur bande dorsale, juste au dessus de leur queue. Cape, possède une bande plus large que Cluan.

  • Diable de Tasmanie - Animaux du ZooParc de Beauval
  • Diables de Tasmanie - Animaux du ZooParc de Beauval
  • Diables de Tasmanie - Animaux du ZooParc de Beauval
Diable de Tasmanie - Animaux du ZooParc de Beauval
Beauval Nature

Parrainez nos diables de Tasmanie

Établissez un lien fort avec votre espèce préférée tout en participant au soutien des programmes de conservation par l’association Beauval Nature !

En danger

En savoir plus sur l'espèce

Distribution
Océanie
  • Régime alimentaire
    Carnivore
  • Gestation
    21 jours, 4 mois dans la poche
  • Portée
    2 à 4 petits
  • Habitat
    Prairies, Forêts
Décimés par la maladie
Malheureusement, l’espèce est victime, depuis les années 1990 environ, d’une épidémie provoquant des cancers de la face (appelée DFTD pour Devil Facial Tumour Disease) et la population des diables a drastiquement chuté, jusqu’à être proche de l’extinction. Pour enrayer la contagion, les autorités australiennes ont mis en place un programme de conservation de l’espèce en partenariat avec le Zoo de Copenhague, visant à la reproduction et la réintégration de spécimens sains dans l’écosystème Tasmanien.
La gestation des diables de Tasmanie
En guise d’habitat, ils profitent également des terriers laissés à l’abandon par leurs proies pour s’abriter et se reproduire. Après 21 jours de gestation, la femelle diable donne naissance à une vingtaine de nouveau-nés, réfugiés dans sa poche ventrale. La compétition féroce à l’intérieur de la poche maternelle mènera à la survie d’environ 1/5 de la portée qui sortira à l’air libre au bout de 5 mois. Les petites terreurs de Tasmanie seront prêtes à arpenter le monde un mois plus tard.
Un prédateur opportuniste
Les diables de Tasmanie vivent de façon éparse sur tous les territoires de l’île, mais ont une préférence pour les zones boisées peu denses ou les régions agricoles. Ils peuvent y trouver plus facilement de petites proies ou quelques carcasses d’animaux à dévorer goulument. Ces chasseurs nocturnes ont la réputation d’être particulièrement voraces : wallaby, wombat ou même moutons et autres animaux d’élevage, tout ce qui passe à portée de leurs puissantes mâchoires fera office de repas. La plupart du temps cependant, ils se contentent de quelques charognes et ne chassent qu’en cas de manque de nourriture.

Où venir les voir dans le parc ?

Profitez pleinement de l'expérience grâce à notre application mobile !
Découvrir

Découvrir…

Les autres espèces du territoire

Prêt pour l'aventure ?

Réservez votre entrée dès maintenant et profitez de nos offres !

J'ai déjà mon billet ! Télécharger