Varan de Komodo - Animaux extraordinaires du ZooParc

Dragon de Komodo

Varanus komodoensis
VU

Espèce
Vulnérable
En savoir plus

Dragon de Komodo - Animaux extraordinaires du ZooParc

« Le dragon de Komodo est un prédateur féroce ! »

Un « monstre » parmi les reptiles

Un véritable géant vorace !

Pouvant mesurer jusqu’à 3,10 mètres de long et peser jusqu’à 165 kg, le dragon (ou varan) de Komodo est le lézard le plus grand du monde. Très trapu, ce reptile de la famille des varanidés à l’allure imposante est doté d’une cuirasse et d’une queue extrêmement musclée. Ne vous fiez pas à ses allures de grosse bête pataude et calme : le dragon de Komodo est un prédateur féroce ! Il dévore tout ce qui passe à sa portée, cochons, singes mais aussi des cerfs. Sa taille et son appétit gigantesque lui ont valu le surnom de “monstre de Komodo”.

Dragon de Komodo - Animaux extraordinaires du ZooParc

Le saviez-vous ?

Première sortie des dragons de Komodo

Les dragons sortent !

Le plus grand des lézards fait son entrée dans Le Dôme Équatorial : le dragon de Komodo ! Redoutable prédateur, ce terrible reptile fait ses premiers pas dans l’enceinte extraordinaire du dôme. Rencontrez les 3 jeunes femelles fraîchement arrivées à Beauval !

Beauval Nature soutient le Komodo Survival Program

L’ONG Komodo Survival Program (KSP) a signé en 2007 un protocole d’accord avec le Bureau Central Indonésien pour la Conservation de Ressources Naturelles lui permettant de superviser et d’agir pour la protection de l’habitat naturel du dragon de Komodo. Une nécessité suite au déclin des populations de ces varans suite à l’expansion des activités humaines. Beauval Nature s’engage à leurs côtés pour protéger ce géant aussi terrifiant que captivant.

Varan de Komodo - Animaux extraordinaires du ZooParc

Drac, l’imposant dragon de Beauval

Parmi les cinq dragons de Komodo présents au ZooParc de Beauval, Drac est le seul mâle.
Bien qu’encore jeune, Drac mesure déjà 3 mètres pour un poids de 165 kilos !
Bien qu’il ait l’air tranquille, il est particulièrement vorace et se délecte des carcasses d’animaux que ses soigneurs lui apportent en guise de repas.

  • Dragon de Komodo - Animaux extraordinaires du ZooParc
  • Varan de Komodo - Animaux extraordinaires du ZooParc
  • Dragon de Komodo - Animaux extraordinaires du ZooParc
Varans de Komodo - Animaux extraordinaires du ZooParc
Beauval Nature

Parrainez nos Dragons de Komodo

Établissez un lien fort avec votre espèce préférée tout en participant au soutien des programmes de conservation par l’association Beauval Nature !

Vulnérable

En savoir plus sur l'espèce

Distribution
Asie
  • Régime alimentaire
    Carnivore
  • Incubation
    8 mois
  • Ponte
    30 oeufs
  • Habitat
    Prairies, Forêts, Côte rocheuse
Un carnivore aux tendances cannibales !
L’alimentation du dragon de Komodo est composée essentiellement de charognes, souvent tuées par son effroyable venin à l’action lente. Mais près de 10% de son régime alimentaire est constitué d’autres dragons de Komodo ! Pour limiter les populations et la concurrence sur son territoire, ce terrible lézard peut aller jusqu’à manger les œufs de ses congénères, ou les très jeunes individus. Pour se protéger de ce cannibalisme, les dragons à peine nés se cachent dans les arbres où les adultes ne peuvent les atteindre.
Un venin surpuissant
Le grand prédateur qu’est le varan de Komodo dispose de deux armes redoutables pour chasser. La première est sa salive. En mordant sa proie, le dragon de Komodo propage un cocktail détonnant de 57 souches de bactéries. Sa seconde arme est son venin. L’action de ce poison est à la fois anticoagulante et hypertensive. C’est-à-dire qu’elle empêche la cicatrisation de la plaie tout en augmentant la pression artérielle et le rythme cardiaque de la victime. Le dragon n’a alors qu’à mordre une fois et attendre que sa proie tombe suite à une infection ou une sévère hémorragie.
Un mode de reproduction rarissime
Les particularité des dragons de Komodo ne s’arrêtent pas là. Sur des îlots isolés ou dans des parcs zoologiques, il a été constaté des cas de parthénogénèse. Ce mode de reproduction très rare permet à des populations constituées uniquement de femelles de se reproduire sans mâle ! Elles pondent des œufs viables qui donneront à coup sûr une population de jeunes mâles, permettant de continuer la reproduction de l’espèce. Un fascinant phénomène d’auto-conservation de l’espèce observable chez d’autres reptiles et quelques amphibiens.

Où venir les voir dans le parc ?

Profitez pleinement de l'expérience grâce à notre application mobile !
Découvrir

Découvrir…

Les autres espèces du territoire

Prêt pour l'aventure ?

Réservez votre entrée dès maintenant et profitez de nos offres !

J'ai déjà mon billet ! Télécharger